02 98 39 62 25
Contact Fax (sur rendez-vous) :
09 50 04 32 70
Siège social : 5 Hent Meneyer, 29 950 Gouesnac'h, France.
Correspondance : 2 impasse de Kervégant, 29 350 Moëlan sur mer, France.

Les îles de l’Archipel des Glénan


L'Archipel des îles Glénan

photo de Philip Plisson à retrouver dans nos pages partenaires, site web www.plisson.com


Si un archipel de Bretagne peut se rapprocher de ses homologues des mers du sud, c’est bien l’archipel des Glénan. Il est composé de neuf îles principales et de nombreuses petites sœurs éparpillées au large de Concarneau posées sur une eau turquoise et limpide sur un lit de sable blanc comme neige.

L'archipel de Glénan se compose de neuf îles principales et d'un grand nombre d'îlots. Cet ensemble géologique granitique aurait autrefois été une seule et même île, les traditions racontent même que les neuf îlots des Glénan étaient jadis une île considérable. Leur destruction par les flots de la mer est une œuvre géologique, des récits semi-légendaires racontent : le souvenir du temps où cet archipel tenait au continent n'est, en effet, pas encore effacé, on dit qu'on allait autrefois à pied de Beg Meil à l'île aux Moutons, aujourd'hui à une grande lieue en mer et que la pointe de Trévignon touchait l’île de la Cigogne…

L'archipel actuel est extrêmement découpé, à tel point que sa superficie est difficilement calculable, les cartes marines du lieu, ne parviennent pas à cartographier l'ensemble des récifs du site. L'archipel a parfois été décrit comme « un aperçu de Tahiti en Bretagne Sud ». Il est célèbre pour la clarté des eaux de "La Chambre", le meilleur mouillage de l'archipel, une zone protégée au centre-ouest du « cercle de mer », souvent comparée à un véritable lagon. Cet espace s'étend entre les îles Saint-Nicolas, Drénec, Bananec et Cigogne, et sert de zone de mouillage aux plaisanciers. Lors des grandes marées, la « Chambre » peut être traversée à pied et devient le paradis des pêcheurs à pied qui ramassent ormeaux, palourdes, et autres coquillages, et crustacés.


L'Archipel des îles Glénan

photo de Philip Plisson à retrouver dans nos pages partenaires, site web www.plisson.com



Au large de Concarneau, les sept îles principales de Glénan offrent un site exceptionnel aux naturalistes comme aux sportifs. Guidés par le phare de Penfret, ces derniers se rendront au centre international de la plongée sous-marine sur l’île Saint Nicolas, une réserve naturelle, en raison de la protection du narcisse des Glénan (Narcissus triandus ssp capax) une plante endémique identifiée en 1803, et alors présente dans tout l'archipel, cette sous-espèce n'a cessé de régresser au fur et à mesure de la déprise agricole des îles : ce narcisse se développe en pelouse rase et l'abandon de l'élevage a entraîné l'apparition de landes broussailleuses. Dès 1924, on notait sa disparition presque complète. En 1974, à l'initiative de la Société Bretagne vivante pour l’étude et la protection de la nature en Bretagne, une partie de l'île Saint-Nicolas fut donc classée comme réserve naturelle et dont l'accès fut interdit par une clôture.


Les ornithologues en herbe pourront planter leur matériel d’observation sur l’île Cigogne et son fort du XVIIIe s. mais c’est surtout depuis l’île Giautec et les îlots encore sauvages autour, qu’ils feront leurs plus belles rencontres. Deux îles sont des propriétés privées, Brunec au nord et l’île du Loc’h de la famille Bolloré au sud.


L'Archipel des îles Glénan
photo de Philip Plisson à retrouver dans nos pages partenaires, site web www.plisson.com



Les Glénan s’étendent à près de vingt kilomètres au large de Concarneau et pourtant l’Archipel dépend de Fouesnant. Les principales îles se nomment Bananec, Cigogne, Le Drennec, Giautec, Guiriden, Loc’h, Penfret, Quignénec et Saint Nicolas. Disposées en rond, elles délimitent une sorte de petite mer intérieure, dénommée donc « la chambre ». En été elle prend souvent les couleurs turquoises d’un lagon tropical, et même les plages ont un goût d’exotisme. Entourées d’eau turquoise, transparente, elles sont constituées d’un sable blanc qui évoque les littoraux des mers du sud. Cette blancheur est due à une forte proportion de maërl, un dépôt calcaire constitué de fins graviers et de débris d’algues. C’est le repaire par excellence des amoureux de la voile du sud Finistère, un petit paradis à une heure ou deux de mer, un réel dépaysement à quelques encablures du continent.

Depuis les années 50 le centre nautique des Glénan a acquis une réputation internationale, formant depuis, des générations de plaisanciers. Installé sur plusieurs îlots et surtout celui de Penfret et de Fort Cigogne, son manuel : « le cours des Glénan » est un grand classique de l’apprentissage de la navigation à voile. L’association créée en été 1945, par deux anciens résistants, Hélène et Philippe Viannay (directeur de France-Soir) découvrent en naviguant les îles Glénan et y reviennent l’été suivant. Puis vont créer le « Centre nautique des Glénans », en développant des activités nautiques diversifiées à bord de bateaux conçus pour la pratique de la voile de loisirs : les Vauriens, Caravelles, Corsaires et Mousquetaires, et un cours de formation et de perfectionnement de la pratique de la voile est organisé dès 1951, débouchant en 1961 sur la publication du « Cours de navigation des Glénan », maintes fois réédité et remis à jour, et qui est toujours une véritable Bible des « voileux ». Le Centre nautique est aussi installé sur les îles de Bananec et Drenec, cette école de voile a acquis une réputation mondiale de nos jours.

L’école de plongée sous-marine est tout aussi célèbre, elle est installée sur l’île de Saint Nicolas. En 1959, le GAP (Groupe atlantique de plongée), séduit par la pureté des eaux de l’archipel, installe une base sur l’île Saint-Nicolas, d’abord dans l’ancienne ferme, puis dans l’ancien abri de canot de sauvetage. En 1980 il prend le nom de “Centre international de plongée Quimper-école des Glénan”.

Des liaisons quotidiennes vers les Glénan se font au départ de la cale de Beg-Meil, elles sont assurées par la compagnie des Vedettes de l’Odet. Embarquez à bord du Glenn, du Rivage, du Capitaine Némo ou de l'Aigrette pour une journée dans l’archipel comme dans un rêve. Situé à une dizaine de milles du continent, l’Archipel des Glénan et son chapelet d’îlots offrent un spectacle féerique avec ses plages de sables d’une blancheur étonnante et des eaux vert émeraude qui forment un lagon aux eaux d’une grande transparence. A l’Est, Penfret abrite le phare, un ancien sémaphore et les bâtiments du célèbre centre nautique ; l’île du Loch, la plus grande, est reconnaissable à sa cheminée, Cigogne et son fort, Drenec, Bananec, Guéotec et enfin Saint Nicolas se dévoilent aux visiteurs venus dans cet endroit unique en Bretagne.



SaintThomasTV / Chaine Vimeo



Un vrai petit paradis en Finistère Sud, comme un rêve exotique posé sur l’eau en plein Atlantique nord…

Philippe.