02 98 39 62 25
Fax (sur rendez-vous) :
09 50 04 32 70
Contact Siège social : 5 Hent Meneyer, 29 950 Gouesnac'h, France.
Correspondance : 2 impasse de Kervégant, 29 350 Moëlan sur mer, France.

La ville close de Concarneau


Concarneau La ville close


La ville close, ceinte de remparts et dominée d’un beffroi, impose sa marque au troisième port de pêche français. Elle accueille, dans ses vieilles rues aux maisons de granite, le musée de la pêche. Celui-ci, installé dans l’ancien arsenal, est très riche et permet de comprendre en quoi Concarneau est centrée sur la pêche dans l’Histoire. A l’extérieur, également le musée à flot comporte plusieurs navires, dont un chalutier. Quelle belle promenade à faire sur les remparts, qui offre un tour d’horizon sur la ville et ses ports, de plaisance, de pêche, de commerce, et les quais animés de la ville tout autour. A ne pas manquer la grande fête des Filets Bleus, à la mi-août, un spectacle de la culture traditionnelle bretonne.


Concarneau La ville close  Concarneau La ville close


Cet îlot fortifié, qu’on appelle désormais « la ville close », abrite très tôt une population de pêcheurs au cœur d’une baie poissonneuse, un prieuré sera établit par les moines de l’Abbaye de Landévennec. Autour de cet îlot de Conq, les premières fortifications apparaissent au XIIIe siècle, mais l’édification a lieu au XVe et « Conq-Kerne » l’anse de Cornouaille en breton, devient rapidement une des toutes premières citadelles de Bretagne, devenant une cité ducale, puis royale.


Concarneau La ville close


Au cours du XVIe siècle, la ville prospère grâce au commerce du blé, de la pêche, du vin et du sel en provenance de Bordeaux. En 1540 un hôpital et une prison, une caserne, un puits public sont construits ainsi que l’église St-Guénolé et son cimetière.
Vauban décide quelques modifications, et dessina de grands travaux, mais ceux-ci ne seront jamais réalisés. Le Beffroi est lui construit en 1906, disposant d’une horloge.


Concarneau La ville close


Parallèlement au rôle militaire de la cité, la vie s’articule autour de la pêche à la sardine. A la fin du XVIIIe siècle, on ne compte pas moins de 300 chaloupes à travailler. Après 1850, les conserveries apparaissent et aboutiront plus tard à ce que se soient une trentaine d’usine qui emploient la population, qui est alors de 7 000 habitants. Mais la disparition des bancs de sardines va mettre fin à la flottille de plus de 800 chaloupes, et la misère s’installe. C’est à cette époque que fut créé l’œuvre des filets bleus, pour venir en aide aux familles.


Concarneau La ville close


Concarneau La ville close


Puis, c’est la renaissance de la pêche au chalut, et l’aménagement de l’arrière port qui va instaurer l’essor de la ville, avec notamment la pêche au thon, et plus récemment, c’est après la deuxième guerre mondiale, qu’une nouvelle génération de thoniers de haute mer va assurer la place de Concarneau comme une grande cité de la pêche française. En effet, avec 140 000 tonnes de pêche fraiche et de thon tropical, c’est le second port français pour le frais, et le premier en Europe pour le thon. Aujourd’hui la flottille emploie environ 1 300 marins, pour 110 chalutiers, et 25 thoniers senneurs naviguant des Açores à la mer d’Irlande, et même dans l’océan Indien. Et encore 140 navires, pour la pêche locale, des ligneurs, caseyeurs, dragueurs, fileyeurs… pour la lotte, le cabillaud, les lieux, limandes, merlus, raies, coquillages, crustacés, langoustines, et encore, la sardine.


Concarneau La ville close  Concarneau La ville close


A l’entrée de la ville close, sur la droite, vous trouverez la Maison du patrimoine, ouverte depuis 2005, proposant expositions et ateliers pour les enfants, elle est le point de départ pour les visites guidés et l’accès aux fortifications.
Puis en rentrant dans la ville, après le porche de la maison du Gouverneur, dans la rue Vauban, se trouve de Musée de la pêche, qui a prit la place de l’ancienne caserne.

Le Musée de la pêche est particulièrement intéressant, toutes les techniques y sont présentées ainsi que l’histoire de la ville, et du port. On visitera le chalutier « l’Hémérica », et on pourra découvrir aussi les pêches lointaines.


Concarneau La ville close  Concarneau La ville close


Cette rue Vauban comportait plus d’une centaine de maisons entre le XVe et le XVIe siècle. Au cœur de la ville close, on trouve la place St-Guénolé, ornée d’une fontaine.


Concarneau La ville close


La ville close, est un des lieux touristiques les plus fréquenté de Bretagne, on y trouve beaucoup de boutiques de souvenirs, d’objets d’art, des crêperies, cafés, marchand de glaces, de vêtement marins, et de galettes bretonnes, et autres biscuits typiques. A l’entrée de la citadelle, vous pourrez bien souvent écouter un groupe, de passage, pour un peu de musique en plein air…


Concarneau La ville close


Les fortifications comportent plusieurs portes, comme La porte au vin, La porte des Larrons, et à celle du fer à cheval vous pourrez prendre la corniche des fortifications, à l’accès libre et gratuit, pour apprécier la vue sur l’entrée du port. A découvrir aussi le bac du passage Lanriec, où un petit bateau de transport vous emmène sur l’autre rive.


Concarneau La ville close


La place du petit château est un théâtre de verdure, et bizarrement on trouve toujours des endroits un peu tranquilles dans ce haut lieu du tourisme en Bretagne, d’où, à travers une porte percée dans la muraille, s’offre le spectacle des bateaux de pêche, faisant le va-et-vient…

Philippe.