02 98 39 62 25
Fax (sur rendez-vous) :
09 50 04 32 70
Contact Siège social : 5 Hent Meneyer, 29 950 Gouesnac'h, France.
Correspondance : 2 impasse de Kervégant, 29 350 Moëlan sur mer, France.

Saint Malo

Saint Malo

 

Fière cité corsaire, comme une sentinelle de la rivière de la Rance, elle était une île à marée haute ce qui rendait le lieu imprenable, elle fut rattachée à Paramé par une digue au XVIIIe s., et en 1930, elle devient un port à flot grâce à l’écluse.

La ville intra-muros, est entourée de remparts, sur environ 1800 mètres, construits du XIIe au XVIIe s. qui font jusqu’à 7 mètres d’épaisseur, et par les ilots voisins équipés de fortins et de batteries, elle fut invaincue de la guerre incessante contre les anglais, du temps de la course, ces derniers l’appelaient « le nid de guêpes ». En effet, comment ne pas évoquer les noms célèbres des corsaires, tel Surcouf, et aussi Duguay-Trouin le célèbre marin, et Mahé de La Bourdonnais, qui devint gouverneur des îles de France et de Bourbon. C’est aussi la ville des grands navigateurs aujourd’hui encore, comme Alain Colas, car c’est le départ de la célèbre course à la voile, La Route du Rhum.

Pendant la dernière guerre mondiale, le centre intra-muros a été dévasté, et reconstruit plus tard à l’identique, les remparts eux n’ont subi aucun dommages des bombardements d’août 1944.

Du nom d’un moine du Pays de Galles au VIe s devenu évêque, elle s’appelait alors Saint Malo de l’Isle, et était siège épiscopal. Les hommes célèbres dans l’Histoire ne manquent pas à Saint-Malo, on citera bien sûr l’explorateur Jacques Cartier qui découvrit le Canada, mandaté par François 1er en 1534, et aussi Chateaubriand (1768 – 1848), la tombe de l’écrivain étant accessible à marée basse sur l’îlot du grand Bé, tout comme le Fort National sur le rocher de l’Islet, un des 5 à protéger la cité. On pourrait aussi citer le mathématicien Maupertuis, le médecin Broussais, le philosophe Lamennais…

C’est un bonheur de faire le tour des remparts et d’admirer la vue splendide, tout comme depuis le chemin de ronde de la tour Solidor, à l’embouchure de la Rance, à St Servan, elle fut construite pour surveiller les Malouins par Jean IV Duc de Bretagne au XIVe s, car alors ils étaient rattachés à la France. Elle loge aujourd’hui le Musée International du Long Cours Cap-Hornier, le seul de France consacré à la marine de commerce à voile.

Aux pieds de la ville fortifiée, les plages, celle du Môle à l’abri du vent, la plage de Bon Secours avec sa piscine naturelle d’eau de mer et son plongeoir, qui permet la baignade à marée basse. Et juste à côté, la belle et grande plage du Sillon, longée d’une route et de murs où viennent se fracasser les vagues les jours de tempête à marée haute, de façon très impressionnante.

On visitera l’intra-muros, avec ses belles rues pavées et aux façades de granit imposantes, des anciennes demeures des riches marchands, depuis le Moyen-Âge, puis au XVIe s, qui firent fortune dans le commerce de la toile et de la morue, des armateurs et des corsaires. On se rendra certainement à la cathédrale Saint-Vincent qui fut érigée du XIIe au XIXe s., et bien sûr au château, qui date du XIVe au XVIIe s., construit par Jean V de Bretagne en 1424, puis agrandi par la Duchesse Anne de Bretagne. Le Musée d’Histoire de Saint-Malo, rappelle l’histoire singulière de ce qui fut la première république indépendante de France en 1590 sous le règne d’Henri IV après son assassinat. L’Aquarium de la ville mérite aussi une visite, il présente environ 500 espèces animales.