02 98 39 62 25
Fax (sur rendez-vous) :
09 50 04 32 70
Contact Siège social : 5 Hent Meneyer, 29 950 Gouesnac'h, France.
Correspondance : 2 impasse de Kervégant, 29 350 Moëlan sur mer, France.

Guérande

Située au cœur de la presqu’île qui porte son nom, Guérande ou Gwen-Ran (ville blanche) en breton, elle domine un paysage qui s’étend de La Baule au sud, jusqu’à la pointe du Croisic. Avec de belles plages, une côte sauvage et de petits ports de pêche, tel La Turballe dont la sardine a fait la fortune, mais c’est avant tout les marais salants qui donnent son identité et son originalité à cette région. Depuis l’antiquité le sel fut toujours très précieux, cela a été réellement l’or blanc de toute une région.

La cité à l’allure médiévale, qui plut tant à Balzac en son temps, est ceinturée de remparts, dont la construction a commencée en 1343, jusqu’au XVe s. avec pas moins de 7 tours et des courtines, et fut érigée en hauteur sur les marais salants où les paludiers récoltent le sel. Quatre portes fortifiées donnent accès à la ville, dont la porte Saint Michel, qui est l’entrée principale de la ville, aussi appelée le château, car il logeait les gouverneurs, elle abrite désormais le musée de la région. Classée dès 1877 au titre des Monuments Historiques, l’enceinte fortifiée s’étend sur 1434 mètres.

Cette région contrastée s’étend entre les estuaires de la Vilaine et de la Loire, elle va des marais de Brière jusqu’à la côte Atlantique, c’est le pays blanc du sel, et celui noir de la tourbe du parc naturel de Brière.

Depuis plus de mille ans, les paludiers ont façonné cette fragile mosaïque d’argile, savamment remplie d’eau de mer pour en extraire le sel, tout en maintenant les équilibres propices à préserver ce lieu d’accueil pour bon nombre d’espèces d’oiseaux, migrateurs ou sédentaires. Aujourd’hui, la fleur de sel et le gros sel de Guérande, chefs d’œuvre de ce terroir, se retrouvent dans la plupart des cuisines des plus grands chefs.

Guérande est classée Ville d’art et d’histoire depuis 2004, c’est une commune d’environ 17 000 habitants, elle rappelle chaque année le 3ème week-end de mai son histoire médiévale, avec deux jours de fêtes, une grande foire, des parades costumées et spectacles d’époque, des artistes de rues… La ville propose de belles petites ruelles pavées, avec leurs échoppes d’artisanat d’art aux enseignes en fer forgé, et de belles boutiques et restaurants.

On visitera sans doute la Collégiale Saint-Aubin, le deuxième site religieux le plus visité de la région Loire Atlantique après la cathédrale de Nantes. Fondée au IXe s. sa construction s’échelonne du XIIe au XVIe s., ce qui fait que des colonnes romanes soutiennent des voûtes gothiques. On y trouve de très beaux chapiteaux décorés, et aussi une chaire extérieure du XVe s., ce qui est très rare en Bretagne. Elle est célèbre pour ses concerts d’orgue chaque été.