02 98 39 62 25
Contact Fax (sur rendez-vous) :
09 50 04 32 70
Siège social : 5 Hent Meneyer, 29 950 Gouesnac'h, France.
Correspondance : 2 impasse de Kervégant, 29 350 Moëlan sur mer, France.

La Toussaint en Bretagne

Venir séjourner en Bretagne à l’occasion des congés de la Toussaint, vous permettra d’apprécier la région, hors saison, avec un climat encore doux. Mais à quoi correspond la Toussaint ?

La Toussaint, c’est la fête de tous les Saints. C’est une manière d’expliquer que les Chrétiens appartiennent à une grande chaîne de croyants, et ce jour-là, le texte des Béatitudes, est l’Evangile lu au cours de la messe. Il nous dit à sa manière, que la sainteté est accueil de la Parole de Dieu, en effet ce texte exprime que la sainteté concerne tous ceux et celles qui choisissent de mettre leurs pas dans ceux du Christ, par l'accueil de la Parole de Dieu, la fidélité et la confiance en Lui, la bonté, la justice, l'amour, le pardon et la paix. Tous les saints sont associés à la Toussaint, c’est la raison pour laquelle on chante à cette occasion la litanie des saints. La litanie des saints  n’est pas une prière aux saints, mais des demandes d’intercession auprès de Dieu (« Saint…, priez pour nous » signifie « intercédez pour nous auprès de Dieu, » c’est Dieu que l’on prie et non « Nous prions Saint… »).

Il est à noter que cette fête ne se fonde pas sur des textes bibliques, ni sur la liturgie de Jérusalem. Et il ne faut pas toutefois aussi confondre la Toussaint et la fête des morts. En effet, souvent on croit souvent que la Toussaint, c’est la fête des morts au cours de laquelle on va fleurir les tombes des proches disparus. Et bien il n’en n’est rien, car la fête des morts, c’est le lendemain de la Toussaint ! Cependant, du fait qu’en France, le 1er novembre, le jour de la Toussaint, est un jour férié, l’usage est établi de commémorer les morts ce jour, au lieu du 2 novembre, comme le témoigne la tradition multiséculaire de chandelles et de bougies allumées dans les cimetières et depuis le XIXe siècle le fleurissement avec des chrysanthèmes des tombes à la Toussaint.



La Toussaint



En France, le chrysanthème est traditionnellement associé aux tombes qu’il fleurit pendant la Toussaint. Plante fleurie la plus vendue de France, il s’en achète près de 25 millions de pots par an, essentiellement entre la fin octobre et le début du mois de novembre. Cette fleur, originaire d’Extrême-Orient (Corée, Chine, Japon), aurait été créée par l'hybridation de plusieurs espèces sauvages. Elle fleurit naturellement en automne et résiste bien au gel, elle est donc parfaitement adaptée au climat automnal du début du mois de Novembre.



La Toussaint



Introduite en France en 1789 par un marchand marseillais, le chrysanthème finit par être associé au culte des défunts, probablement à cause de sa floraison qui concorde avec la période de la Toussaint. On l’achète ici le plus souvent pour décorer les tombes de ses proches. Ailleurs, le chrysanthème est plutôt synonyme de gaieté. Aux Pays-Bas par exemple, il entre dans la composition des bouquets de mariage. Au Japon, il est symbole d’éternité et de l’Empereur. Au début du XXe siècle, il se substitue progressivement aux bougies que l'on posait sur les tombes début novembre.



La Toussaint



La célébration de la fête chrétienne de la Toussaint au 1er novembre est une spécificité catholique apparue en Occident au XIIIe siècle. En fait, c’est donc le 2 novembre, que les chrétiens fêtent les morts. C’est le jour où on se rappelle des morts de notre famille, de nos amis, de tous ceux qui nous sont proches, on se souvient de ceux qui sont partis. Mais, en pratique, beaucoup de gens tendent à confondre les deux célébrations. Pour une raison toute simple, l'usage veut que l'on se rende massivement dans les cimetières dès le 1er novembre, puisque c'est cette journée qui est chômée dans de nombreux pays d'Europe. Les familles vont fleurir les cimetières, et ainsi, on n’oublie pas ceux qu’on a aimés. Ce n’est pas parce qu’ils sont partis physiquement qu’on ne pense plus à eux, car les chrétiens croient que la vie continue après la mort. En effet, un des points essentiels de la foi des chrétiens, c’est que Jésus Christ est mort et est ressuscité.



La Toussaint



La commémoration britannique médiévale de la Toussaint aurait été à l’origine de l’adoption universelle de cette fête par l’Église chrétienne ”, mise en évidence par l’influence croissante des moines irlandais en Europe à cette époque, “ Les Irlandais réservaient le premier jour du mois aux grandes fêtes, et puisque le 1er novembre marquait de surcroît le début de l’hiver celte, c’était une date appropriée pour célébrer tous les saints.” Finalement, en 835, le pape Grégoire IV universalisa cette fête.

A l'origine, la Toussaint est une création de l'Eglise catholique, qui n'est jamais mentionnée dans la Bible et comme son nom l’indique, la Toussaint est la fête de tous les saints. Chaque 1er novembre, l’Église honore ainsi la foule innombrable de ceux et celles qui ont été de vivants et lumineux témoins du Christ. La Toussaint, fête de tous les saints a été créée par le pape Boniface IV, en 610 de notre ère. Le pontife voulait ainsi honorer la mémoire des martyrs parmi les premiers chrétiens. En effet, les convertis à cette religion monothéiste furent massacrés par les Romains au début de notre ère. À la fin du IIe siècle, certains, ceux qui se réclamaient du christianisme, ont commencé à honorer ceux qui étaient morts en martyrs et, croyant qu’ils avaient déjà rejoint le Christ dans les cieux, à les prier pour qu’ils intercèdent en leur faveur.

A partir du IVe siècle, les chrétiens avaient rendu des hommages posthumes à ces premiers croyants, exaltant leur courage et échangeant leurs reliques. La création d'une fête commune permettait à la hiérarchie catholique de regrouper toutes ces célébrations non-officielles. Depuis, le 1er novembre, les catholiques célèbrent ainsi la Toussaint. Ce jour-là, les croyants fêtent tous les martyrs et saints de la chrétienté, connus et inconnus. Les saints sont des personnes remarquables, données en exemple pour leurs actions. Pour devenir saint, il faut avoir accompli des miracles ou des actes particulièrement vertueux aux yeux de l'Eglise, qui peuvent engager une procédure de canonisation.

Car si un certain nombre d’entre eux ont été officiellement reconnus, à l’issue de la procédure dite de « canonisation », et nous sont donnés en modèles, l’Eglise sait bien que beaucoup d’autres ont également vécu dans la fidélité à l’Evangile et au service de tous. C’est bien pourquoi, en ce jour de la Toussaint, les chrétiens célèbrent tous les saints, connus ou inconnus.

Cette fête est donc aussi l’occasion de rappeler que tous les hommes sont appelés à la sainteté, par des chemins différents, parfois surprenants ou inattendus, mais tous accessibles. L’encyclopédie catholique définit ainsi la Toussaint comme “ la fête de tous les saints connus et inconnus ”. La sainteté n’est pas une voie réservée à une élite : elle concerne tous ceux et celles qui choisissent de mettre leurs pas dans ceux du Christ. Le Pape Jean-Paul II nous l’a fait comprendre en béatifiant et canonisant un grand nombre de personnes, parmi lesquelles des figures aussi différentes que le Père Maximilien Kolbe, Edith Stein, Padre Pio ou Mère Térésa… Cette fête rappelle à tous les fidèles, la vocation universelle à la sainteté. Il s’agit donc de toutes les personnes, canonisées ou non, qui ont été sanctifiées par l’exercice de la charité, l’accueil de la miséricorde et le don de la grâce divine.

La fête d'Halloween pourrait, elle-aussi, être directement liée à la Toussaint. Selon certains historiens, cette période consacrée au souvenir des morts et à la spiritualité (et le choix de l'Eglise d'y consacrer le début du mois de novembre) serait un héritage de Samain, une ancienne fête religieuse celte marquant le début de la saison "sombre". En effet, à compter du VIIIe siècle, l'Eglise catholique initie un rapprochement avec la futur Halloween, alors fête païenne célébrée par les Celtes au début de l'automne sous le nom de "Fête de Samain" et le Pape Grégoire III (731-741), introduit à ce moment-là le jour de la Toussaint ou fête de tous les saints à la date du 1er novembre, dans le calendrier des grandes fêtes chrétiennes de l'Eglise catholique.

A l’occasion de ce changement de date en faveur du mois de novembre fut consacrée une chapelle dans Rome à tous les saints et le Pape Grégoire III ordonna qu’ils soient honorés le 1er novembre. Ainsi “ Samain resta une fête populaire chez les Celtes tout au long de la christianisation de la Grande-Bretagne, ceci car l’Église britannique essaya de détourner cet attrait pour les rites païens en ajoutant une fête chrétienne sur le calendrier à la même date que Samain.

En Irlande, certains moines auraient transformé le culte ancien en rituel catholique au moment de la conversion de l'île, au Moyen-Âge. Déguisements et feux servaient à retrouver la paix avec les esprits. La pratique aurait traversé l'Atlantique avec les immigrants britanniques et irlandais, avant de faire florès aux Etats-Unis sous le nom d'Halloween (contraction de "Hallowed evening", c'est à dire "le soir saint, sacré"). La veille de la Toussaint avait également un aspect marquant : en France, on veillait dans les cimetières, tandis que dans l'Espagne médiévale, on sonnait les cloches à toute volée le soir du 31 octobre.

Halloween devance la Toussaint. La fête à la citrouille née dans les pays celtiques se célèbre en effet lors de la soirée du 31 octobre, à J-1 de la Toussaint. Son nom-même fait référence à la fête des morts : la version longue d'origine, le mot écossais Allhallow-even, signifie "la veillée de la Toussaint".

La date de la Toussaint n'a pas toujours été fixée début novembre et ses origines sont enracinées dans une époque trouble, celle du Haut Moyen-Âge, constellé de spiritualité bâtie sur les ruines de l'Empire romain. Malgré son histoire religieuse, cette fête n'est pas autant menacée d'oubli que le lundi de Pentecôte et demeure partie intégrante du Code du travail. Parmi les 11 jours officiellement chômés (deux autres dates s'ajoutent à celles-ci en Alsace-Moselle), le 1er novembre reste donc l'un des jours fériés les plus respectés en France. Il fait aussi l'objet de vacances de fin d’année pour les écoliers. D’autre pays pour des motifs économiques ont renoncé à cette célébration, en 2012, le Portugal a supprimé la Toussaint de sa liste de journées chômées...

La période qui s'étend de la mi-octobre à la mi-novembre est souvent marquée en Europe par une courte période de radoucissement des températures suivant les premières gelées matinales. Si en Amérique du Nord, l'été indien est quasi-systématique, cette période de météo favorable est beaucoup plus aléatoire dans nos contrées… mais en Bretagne il fait beau plusieurs fois par jour en novembre aussi !

Philippe.